Aller au contenu

Event de Mirandol

  • Lieu: Martel - Lot (46)
  • Type de sortie: Grotte de classe IV
  • Présents: Emilie (SCHV), Christopher (SCHV), Anaël (SCHV), Nicolas (SCSP)
  • Excusé: /
  • Déduction fiscale: 30km (Niko)
  • Assurance temporaire: /
  • Temps passé sous terre: 5h15 (12h00 -> 17h15)
  • En interclub avec le SCHV (Limoges)

Chistopher alias Coco m'avait passé un petit coup de fil pour me proposer une sortie sympathique. Il avait déjà plus ou moins arrêté son choix sur le gouffre de la pucelle. Super choix, si ce n'est que la météo n'est pas du tout de la partie...donc on est obligé de se rabattre sur une autre superbe cavité : l'event de Mirandol. Découverte initialement par le Spéléo Club de Saint-Céré, la rivière sera ensuite dégagée après à un travail monstrueux réalisé par le Spéléo Club de Tulle.

mirandol

Nous nous rencardons à la sortie de Martel pour aller chercher les clés chez le propriétaire Hervé. A chaque fois, on est vraiment très bien reçu et c'est un plaisir de bavarder avec lui. Il nous propose de faire un rendez-vous sonore avec l'extérieur par le biais d'une corne de brume à Gaz afin de voir si la désobstruction sur laquelle il travaille est proche de la salle du chaos. Nous acceptons évidemment la mission. Nous avons donc rendez-vous à 14h00 à cet endroit.

mirandol

Nous commençons à nous habiller tranquillement proche de la voie ferrée. Hervé nous propose gentillement des vienoiseries histoire d'avoir quelque chose sur le ventre...en effet je n'avais pas trop trop prévu de repas pour cette sortie. Nous taillons très largement le bout de gras et il est déjà 12h00 et nous ne sommes toujours pas descendu.

mirandol

Anne va parfaire sa maîtrise de la descente sur corde. Elle a déjà fait quelques descentes mais cette fois, c'est une succession de petits puits un peu plus importante qui l'attend. Nous pendons les clés au bout du premier amarrage et nous entamons la descente avec hâte. J'équipe assez rapidement les petits puits et Anne se débrouille admirablement bien. Il y a du gaz carbonique qui nous donne l'impression de préparer un cancer du fumeur.

mirandol

Très rapidement nous arrivons à la base des puits et nous progressons sur la main courante qui annonce l'arrivée à la rivière. Nous voilà tous les pieds dans l'eau, prêts à entammer le passage boueux qui nous sépare de la galerie de métro. Anaël dit ne pas trop être en forme, il couve peut être une maladie à la mode.

mirandol

Nous arrivons au passage bas, souvent siphonnant par météo hivernale. Après le passage bas, se dessine une succession de passage moyennement aquatique dans une rivière magnifiquement ébauchée. Nous butons sur la montée vers la salle du Chaos. Hervé nous a écrit le descriptif de l'endoit où l'on doit claironner. Il faut passer la salle du Chaos de 160m puis ensuite atteindre un roche "table" situé au beau milieu de la rivière . Il est flanqué d'une croix verte. D'ici il faut ensuite parcourir 50m en direction de l'amont. Nous y voilà, nous sommes un peu en avance car il n'est que 13h35. Nous attendons 13h45 avant de faire 7 secondes de raffut. 5 longues minutes de silence s'en suivirent mais rien ne sonna à nos oreilles. Nous retentons plus brièvement le coup vers 14h00 mais sans aucun résultat.

mirandol

Anne est frigorifiée malgré les vaines tentatives de Coco pour la réchauffer. C'est donc le moment de repartir. 35 minutes plus tard, après une progression presque monotone dans une rivière très peu profonde comportant pratiquement aucun obstacle, nous arrivons au siphon amont. Une marmitte bien profonde coupe tout de même notre élan en nos obligeant à nous immerger quelque peu.

mirandol

Le retour fût, comme à l'accoutumée, rapide et sans histoire. Le gaz a été chassé par un courant d'air puissant et notre progression à la montée fut donc beaucoup plus efficace. Anne montra un propension à l'aisance sur les obstacles verticaux : elle progresse vite !

mirandol

Nous voilà déjà dehors, il n'est pas encore 18h...Cool. On retourne voir Hervé pour lui faire part de notre périple et de notre échec de balisage sonore. Il nous offre un apéritif plus que généreux qui aura raison des plus grosses fringales. Cependant c'est heure de rentrer pour nos limougeauds (et creusois surtout) qui doivent encore parcourir un nombre de kilomètres non négligeable jusqu'à leurs pénates.

Nicolas