Aller au contenu

Igue du Lynx (ou Pépin) + Igue noire

  • Lieu: Caniac-du-Causse - Lot (46)
  • Date: 12/11/2023
  • Type de sortie: Grotte de classe IV
  • Présents: Laëtitia(FSC), Julie M.(SCSP), Sylvain Y.(SCSP), Nicolas(SCSP)
  • Excusé: /
  • Déduction fiscale: /
  • Assurance temporaire: /
  • Temps passé sous terre: 4h
  • En interclub avec le FSC (Figeac)

Présent Julie, Laeti, Nico et sylvain.

Objectif de la sortie igue du Lynx (caniac) tpst : 2h+2h? Le rdv est fixé pour 10h, 1/4 d heure lotois oblige, on rejoints nico avec 'un peu' de retard... Partage d'un café, on se change, et on trace tout droit dans la brauhnie à la recherche du trou...on decouvre un jolie puits borgne référencé igue olivier, si on a le temps, nous y descendrons au retour. Arrivés au Lynx, on grignote, et Nico se lance à équiper, premier puits, une salle, un ressaut, ca commence à etre gazé...normal pour ce trou...une référence ! Nico à déja franchi la coulée de calcite remontante et l'etroiture en baillonette qui la termine... Laeti essaie 1 fois, puis deux fois, 3 fois...ca passe pas, la gaz fini par rendre difficile sa reprise de souffle ( en meme temps elle continue a parler tout le temps, bois de l'eau, rien que ça, tu te demandes quand est ce qu'elle respire...elle doit avoir de gros trous de nez, j'ai jamais fait trop gaffe)...l ambiance est très bonne, avec julie on rigole, on se fiche de laeti, ,on l encourage, mais finalement laeti jette l'eponge et fait demi tour... Bon, on se dit qu'on fait une visite rapide pour ne pas faire poireauter notre copine. Nico lui est tranquillement de l autre coté dans sa poche de gaz ahahah.

Julie passe l'etroiture, je suis juste derriere, je commence à m engager mais, elle a fait demi tour et me dit d une mini voix, "sylvain, je sors, y a trop de gaz, prends mon kit"...l effort plus le gaz, ca fait pas bon ménage! On appelle nico qui ne se fait pas prier pour ressortir, et nous confirme que c'est irrespirable la bas derriere.

On sort, on va faire un tour à l igue olivier, rien à dire, peut etre une suite à gratter au fond de ce p7...

Bilan rapide des cordes et amarrages qu'on a avec nous...Nico nous propose pour finir l'aprem, d'aller se faire l'igue noire, c'est parti. On arrivera a se faire le puits d'entrée, la remontée vers la suite du réseau, le deuxieme puits et, arret sur noeud de bout de corde. Dommage, j'ai cru que j'allais enfin voir le fond de ce trou.

On remonte, il est peut étre 18h, on s'est fait rincer par la pluie, mais, on a passé une superbe journée!

Sylvain

Nous étions ivres rien qu'à l'idée ô combien juteuse d'aller faire des trous que personne ne fait jamais au beau milieu de la Brauhnie ...et dans cette optique j'avais donc programmé une petite escapade à l'igue du Lynx. Cette idée fut accueillie par notre aimable confrérie avec la plus grande ferveur. Et c'est ainsi que nous nous sommes donnés rendez-vous au carrefour de roche percée ce 12 novembre.

Repas au LynxRepas au Lynx

Evidemment, comme à l'accoutumée, pratiquement tout le monde est en retard au lieu de rendez-vous. C'est plutôt bon signe que la journée débute sans aucune surprise. C'est la première sortie SCSP pour Julie qui profite de cette opportunité pour me transmettre son adhésion au SCSP. Nous nous changeons avec prestance, afin de regagner le parfait style vestimentaire en adéquation avec notre mission du jour. Après ce cérémoniel bien rôdé, nous nous mettons en jambe pour aborder la bien pieuse marche d'approche qui devrait être longue et périlleuse.

Demi tour...[Demi tour...

Il n'y a pas de vrai chemin pour aller au Lynx. Il faut plus ou moins suivre une veille sente qui se perds dans un dédale de calcaire, de végétation et de murs enchevétrés nous conférent pas la moindre indication exploitable. Malgré ce contexte fort sinistre, nous nous déplaçons façon efficiente dans la forêt et le GPS nous indique qu'il ne reste plus que 100 mètres pour arriver au trou. Les derniers 100m sont particulièrement long...relativité générale retorquerait Einstein avec dédain. Nous passons devant ce que le GPS appelle l'Olivier. Visiblement Julie connait ce nom...sauf que cet Olivier là est plutôt du côté de Cabreret ! Enfin le petit renfoncement ornée d'une magnifique paroie nous donne tous l'eau à la bouche. Nous décidons de revenir pour y descendre !

Nous arrivons quelques minutes plus tard à l'entrée du Lynx. Il est un peu tôt pour manger mais personne n'a envie de trimballer sa gamelle dans une igue dont l'entrée n'augure rien de bien large... Après avoir grignotté quelques mets, je me prépare à équiper le trou.

Lorsque tu utilises ta pédale pour faire un frac...Lorsque tu utilises ta pédale pour faire un frac...

D'entrée de jeu, ce n'est pas large, les spits ne sont pas doublé et il faut ruser un peu pour descendre sur un équipement pas trop dégueulasse. Le premier puits s'ouvre vers une salle de plus grande dimension. Laëticia rajoute une deviation manquante pendant que je pars équipement un petit plan incliné en escalade. Jusqu'à là tout va bien. Je franchis une étroiture un peu gazée en haut de celle-ci. Et j'équipe le puits suivant qui est difficilement respirable. Laëti vient à ma rencontre et je m'éloigne à nouveau pour équiper le puits suivant. De mémoire il ne reste plus que 2 puits : celui-ci qui est vraiment vertical avec une étroiture en son milieu et un puits dans la salle terminale en plan incliné dans une atmosphère souvent viciée.

J'entends Laëti qui semble me parler mais ses paroles sont difficiles à distinguer. Je crois qu'on à tous le souffle un peu court. Je reviens à sa hauteur et je vois qu'elle fait demi-tour avec difficulté. Julie signale que tout le monde fait demi-tour. Je retourne au fond pour retirer mon équiment et j'entamme à mon tour un repli progressif. Sylvain prendra la fin de déséquipement du puits terminal.

Puit d'entrée vu de l'escaladePuit d'entrée vu de l'escalade

Nous sortons un peu frustré de ne pas avoir fait grand chose...mais ce n'est pas grave: nous allons découvrir l'Olivier qui est non loin de là. L'exploration sera de courte durée et une descente de 5 mètres se soldera par une nouvelle déconvenue malgré les efforts de Sylvain pour désobstruer un semblant d'entrée.

Nous rebroussons chemin en direction des voiture, à la hâte, sans vraiment se soucier de l'itinéraire emprunté. Mais ce n'est pas grave, les filles se lancent dans une discussion passionnée et Sylvain et moi profitons pour scruter le terrain en toute curiosité. Nous passons devant un chemin qui semble rappeler celui de l'Aussure, et c'est peut-être parce qu'on est sur ce chemin là. Bien loin d'avoir regagné nos voitures, nous cheminons donc plusieurs longues minutes sur la piste escaparpée.

Je propose d'aller faire l'igue noire, non loin de là. Nos cordes devraient nous permettre d'équiper une bonne partie de l'igue et de redorer le blason ô combien ébréché du SCSP. Aussi nous embrayons sur ce plan qui pourrait bien terminer notre journée sur une note joyeuse.

Puit d'entrée du basPuit d'entrée du bas

Pendant que notre joyeuse troupe, discute de cosmétique, je prends l'équipement du trou en main. Après quelques minutes d'équipement, me voilà en bas. Julie enchaine la descente et nous enquillons avec la remontée puis la redescente dans la seconde partie plus étroite de l'igue. Cela se complique un peu car nous manquons un peu de corde et les chiroptère ont choisi d'occuper largement les lieux. Nous rebroussons chemin dans l'avant dernier puit, non sans gloire.

Le reste de la remontée et de la journée fut sans histoire aucune.

Puit d'entrée bisPuit d'entrée bis

Merci à vous,

Nicolas